Sélectionner une page

Chers collègues,

Nous vous invitons à prendre connaissance des liens suivant :

« Ma sœur, mon frère, une page se tourne après 70 ans de bons et loyaux services, il en sera bientôt fini du MK pour ne rester certainement que le K. Cas d’école me direz-vous, ou pas… En effet, n’ayant pas su, voulu, ou pu défendre ce qui faisait un des cœurs de l’exercice de la kinésithérapie, le massage (« autre chose à faire moun noir»), nous en voilà dépouillés. De cela, comme d’autres facettes de nos multiples compétences, pour mieux les redistribuer en ces temps de disettes qui si ne nous « concernent » pas vraiment pour l’instant (n’ayez « crainte » cela viendra), amènent les pouvoirs publics à couper en multiples parts le gâteau kinésithérapie pour en donner des miettes aux uns et aux autres. Et oui, les temps sont durs, les coups de triques aussi. Et comme nous ne nous sommes pas battus pour conserver le monopole du massage (mais nous battons nous vraiment, à part quelques hurluberlus, pour notre profession ?) voilà qu’il s’envole vers d’autres cieux indépendants qui sauront sûrement le faire prospérer. Certainement que cette affaire réjouira-t-elle certains qui ne voulaient pas être réduits à de simples OS (pour les non avertis, car le monde ouvrier disparaissant aussi les termes employés à son égard avec, OS signifie Ouvrier Spécialisé) de la Santé (non mais !) car plus ambitieux, plus fiers, plus entreprenants, plus au top…comparativement aux tocards de la vieille école à laquelle je suis heureux d’avoir appartenu. D’autres, peut -être plus avisés, ou pessimistes, c’est selon, se diront que le grand dépouillement de notre profession a commencé (voire continue) et qu’en le « recentrant » sur son cœur de métier de rééducation exclusive par les pouvoirs publics on risque tout autant voir réduit son champ de compétences au moment où de plus en plus est exigé en terme de niveau et de durée de formation pour les nouveaux venus, également de besoins croissants de la population française en terme de prise en charge de leur santé. Qu’en sera-t-il de la kinésithérapie comme de la Santé Libérale dans une dizaine d’années ? J’en ai quelques idées – depuis 30 ans que je l’exerce et que j’en vois/suis l’évolution et depuis près de 20 ans que je suis impliqué dans diverses organisations socio-professionnelles les concernant – qui ne me rassurent pas vraiment, peut être en raison de mon pessimo-optimisme tendance parano… ! Mais pour ma part, comme pour d’autres auprès desquels j’ai eu le privilège et l’honneur d’agir, le temps des luttes sera passé. A d’autres alors de reprendre le flambeau des nouveaux combats à mener pour l’exercice d’une si belle profession ». Allez, haut les cœurs, et courage…il va en falloir !

Eric Wagner

Président URPSMKOI et OMKRUN